Christian Hubin, écrire dans l’attente

texte du 2 novembre 2002


Il est bon que paraissent à la fois venant [1] et le sens des perdants [2] de Christian Hubin, aux éditions José Corti qui publient tous ses livres depuis 1986 [3].


Lire le second de ces ouvrages, c’est sans doute convoquer une bibliothèque d’auteurs n’appartenant pas à la littérature « calibrée » selon l’expression de Julien Gracq, et c’est pourquoi l’on peut prédire que la forêt en fragments, parlant seul et les recueils de poèmes sont appelés à faire partie du « fonds » de l’éditeur.

La citation y est toujours précise, ajustée et un effort - qui sera amplement payé de retour - est à consentir pour se situer à la hauteur de pensée et de sensibilité de Christian Hubin dont l’écriture-poème est également invitation au partage d’une réflexion à penser le poème [4] comme cela a été fait autour de l’oeuvre de Jacques Garelli [5] plusieurs fois cité, poésie et philosophie y étant porteuses d’une transformation de l’esprit humain en topologie de l’énigme du monde.

Cette manière d’aller à l’essentiel, on pourrait pour la faire saisir jusque dans la forme, proposer de comparer les pages consacrées à Claude Louis-Combet (36 à 41) dans le sens des perdants, et la contribution de Christian Hubin au colloque Louis-Combet de l’université de Lille III [6].

« Que l’on songe au travail de l’homme qui lime et qui abrase, à toutes ces tâches infiniment minutieuses et risquées, accomplies jadis à la main, et qui visent à évider, à alléger, à amincir sans amoindrir, à désubstantialiser sans appauvrir, dégageant les saillies, polissant les articulations, libérant les points nodaux... » écrit Claude Louis-Combet [7]

Ainsi, notes, études, aphorismes, discours critique, éclats de poèmes donnent le sens des perdants voués à aucun message qui se puisse transcrire. A ce nettoiement dans l’inconditionnelle liberté (Robert Marteau, Huit peintres, éd. La Table ronde, 1994). Proches de ces perdants les sensitifs (Pierre Bergounioux), les « Impardonnables » (Cristina Campo)

venant, très beau récit participe lui aussi de cette nettezza et pas seulement par sa brièveté, mais parce que ce travail d’épure exerce une forte emprise sur lecteur : le peu qui est dit des personnages, du paysage, des événements suffit à créer une atmosphère telle qu’a pu la retraduire André Delvaux de la nouvelle de Gracq : le roi Cophetua. Le climat d’attente, d’écoute, de veille, d’affût, d’interrogation lui confère une fonction-fable au sens où l’entendait un de Certeau, où l’injonction de l’écriture appelle à ni voir, ni entendre mais à demeurer ouvert, à la présence, proche-lointaine de ce qui va venir, incarnée exemplairement par les hommes-grenouilles sur une barge descendant le fleuve hélés par l’un d’eux avec un mégaphone :

Mais, c’est loin, et on n’entend pas.

Voici donc un texte dont la lecture se fait veillée, et dont la poétique consiste bien en ceci :

Montrer comme on donne, en désignant au-delà du don apparent ce qui le récuse, le dépasse. Montrer ce qui est hors du geste de montrer, hors des mots qui désignent : hors de portée.

N’en disons pas davantage et laissons le lecteur partir à la rencontre de Havrennes, Maudraves, de Jeanne, Laude, Fauges, de la neige, du fleuve et des bruits...

Après quoi il pourra retourner au « sens des perdants », y croiser outre Claude Louis-Combet, Valère Novarina, Gaston Puel, Fardoulis-Lagrange, quelques râleurs d’absolu (Armel Guerne) et autres Bachelard, Munier, Chappuis, mais aussi retrouver ces fulgurations poétiques ou de pensée :

Guérir un instant le monde de ses significations. L’inachever. L’inaccomplir.

Ou encore :

Noyée de clarté, la chaise où quelqu’un de dos n’est plus. Il n’y a rien là où regarde la véranda. Entrouverte, la neige papille.

"Il faut lire ces livres en prenant le temps de rêver, ou de méditer (...) presque après chaque paragraphe. (...) Le meilleur lecteur devrait s’imposer (...) des pauses et des silences. Entre des instants commotionnels dont sa lecture sera constamment frappée."
(Claude Louis-Combet)

© Ronald Klapka _ 2 novembre 2002

[1Chtistian Hubin, venant, éditions José Corti, 2002.

[2Christian Hubin, le sens des perdants, éditions José Corti, 2002.

[3Bibliographie de Christian Hubin chez cet éditeur.

[4penser le poème est le titre du second volume du coffret « de la création poétique », le premier réunissant brèche, les dépossessions, lieux précaires, aux éditions encre marine.

[5 Jacques Garelli est également publié aux éditions José Corti.

[6Contributions réunies dans la Revue des sciences humaines n° 246.

[7Claude Louis-Combet dans le Matricule des anges.