La lunette décourbeuse

texte du 2 mars 2004 en cours de révision



et dans le sillage du yacht « l’Impossible » : Sylvie Germain, Bernard Noël, Joë Bousquet, Pierre-Albert Jourdan, et sans excepter Zéno Bianu, Marc Blanchet, pour relire Le Mont Analogue de René Daumal

« Alors, quand partez-vous ? »  [1]

Pour relire Le Mont Analogue de René Daumal

Dans le précieux petit ouvrage de Bruno Blanckeman Les fictions singulières paru chez Prétexte éditeur, on relève à la page 106 ceci :

L’histoire littéraire, discipline de savoir, se trouve ainsi concurrencée par la mémoire littéraire, enjeu de fiction. Pour cette dernière, le seul temps qui vaille est celui, transhistorique, des affinités et celui, condensé, de la subjectivité. Plusieurs écrivains invitent à redécouvrir la littérature à côté des usages scolastiques, des lectures officielles, des silences assassins. Leurs récits s’attachent aux ombres et aux creux de l’histoire littéraire. Visitant les envers radieux du décor, ils inventent leur anthologie des ténèbres. Hervé Guibert parie sur Emmanuel Bove, Patrick Modiano sur Paul Morand, Sylvie Germain sur René Daumal, Jean Échenoz sur Raymond Roussel, Eric Holder sur Jacques Chardonne, Gérard Macé sur Marcel Schwob... La fiction répare, en situation à peine différée, les erreurs d’appréciation et les malentendus de la reconnaissance inhérents à la vie littéraire, mais systématisés par l’histoire critique.

Propos qui nous a plus particulièrement retenu à l’heure où d’une part Reims célèbre le Grand Jeu et où des universitaires vont réévaluer son apport à l’histoire littéraire et artistique, à l’heure où également paraît dans la collection L’un et l’autre chez Gallimard « Les personnages » de Sylvie Germain, à laquelle prêtent aujourd’hui une attention plus soutenue et l’Université (cf journée Sorbonne) et la critique.
Et en effet, le Livre des Nuits porte pour épigraphe :

« NON est mon nom
NON NON le nom
NON NON le NON
 »

René Daumal, Le Contre-Ciel

Sans doute, serait-il intéressant de lier l’incessante lutte avec l’Ange qui parcourt l’œuvre de Sylvie Germain, les thématiques du nom (de Nuit-d’Or-Gueule-de Loup à Laudes-Marie-Neige-d’Août) et de la naissance à venir (Daumal lui-même voyait un symbole dans son prénom : Re-né) que l’on trouve encore dans le récent Couleurs de l’Invisible :


Sommes-nous nés,
vraiment,

nous qui allons en claudiquant,
nous qui errons sous le soleil,
tout grisés d’ombres,
de questions,
nous,
toujours en affres d’inconnu...

sommes-nous nés ?

Dans un petit livre de Joë Bousquet paru aux éditions Unes et sobrement intitulé René Daumal, Bernard Noël, rejoignant le propos de Bruno Blanckeman, précise dans une note liminaire.

Le temps, qui a porté très haut le surréalisme, n’a pas encore rendu justice au Grand Jeu ni à Joë Bousquet. Cela n’a d’ailleurs aucune importance, car c’est la mort qui fixe et statufie : nous, les vivants, ne savons jamais ce qu’elle mettra à notre place pour déguiser l’absence. Le Grand Jeu n’est pas plus un sous-groupe surréaliste que Bousquet n’est « un » écrivain, lui qui cache sous son nom (nous soulignons) tout un mouvement anonyme, dont les voix multiples n’en finissent pas de troubler l’eau du regard trop chargée de présence et n’en finissent pas non plus de faire fleurir des visages au bord de l’amour devenu, par lui, énergie de la langue.

Pour ce qui est de ce petit ouvrage, Bernard Noël en donne le contenu en ces termes.

René Daumal rassemble trois écrits de Joë Bousquet, qui nous paraissent très importants : le premier est inédit et provient des archives des Cahiers du Sud, c’est une lettre à Jean Ballard -en 1932, Joë Bousquet « n’hésite pas à déclarer que tout tenant du Grand Jeu lui semble, depuis deux ans, plus fondé à PARLER que les surréalistes » et d’ajouter : « la vertu de poésie est intacte chez lui... Toute son activité revient à sentir et à manifester « que l’homme n’a pas à chercher le surnaturel, CAR LE SURNATUREL C’EST LUI » ; le second se trouve dans un mince ouvrage peu connu dont il constitue la dernière partie : Traduit du silence, volume de cinquante-six pages, paru en mai 1939, en Belgique, dans la « série poétique » des Cahiers du Journal des Poètes. Ce volume a pour ainsi dire été effacé par le livre homonyme publié, en novembre 1941, par les éditions Gallimard, mais on n’y retrouve pas son contenu. - Il y est question de la Grande Beuverie : « tout en soulignant sa ressemblance avec la révolution rabelaisienne, Daumal y présente sa tentative comme un procès des sciences qui s’emparent des mots sans s’apercevoir que le poids d’une expérience humaine s’oppose à leur nouvelle qualification » -. Le troisième écrit, Souvenir de René Daumal, paru dans le n° 272 des Cahiers du Sud (2° semestre 1945), est l’hommage rédigé par Bousquet à l’annonce de la mort de Daumal.

Pour ce qui est des autres liens entre le reclus de Carcassonne et l’admirateur de « Nerval le nyctalope », on mentionnera la parution dans les Cahiers du Sud, n° 239, octobre 1941, du beau conte symbolique : Histoire des hommes creux et de la Rose-amère qui sera inséré dans le chapitre trois du Mont Analogue.

Mais c’est à Pierre-Albert Jourdan que l’on doit la référence la plus explicite à l’œuvre de Daumal et plus largement du Grand Jeu dans sa dimension de quête poétique et métaphysique. En effet la revue créée par Pierre-Albert Jourdan aura pour nom Port-des-Singes (premier numéro : hiver 74/75), dont une présentation fut donnée en ces termes en 1979 à la revue parlée du Centre Pompidou :

Ce titre, Port-des-Singes, est tiré du Mont Analogue (Gallimard, collection L’Imaginaire, les pages citées y renvoient) , le « récit véridique » de René Daumal, interrompu par sa mort survenue le 21 mai 1944. La quête spirituelle aboutit, en première étape, pour les « huit pauvres hommes ou femmes démunis de tout » (et sans doute faut-il voir dans ce dénuement la condition première à réaliser avant de pouvoir forcer le passage) au mouillage du yacht l’Impossible, à Port-des-Singes, sur les rives du Mont Analogue. Le narrateur, s’interro-geant sur ce nom de Port-des-Singes, alors qu’il n’y a pas un seul quadrumane dans la région, déclare : « Je ne sais pas trop, mais cette appellation faisait resurgir en moi, peu plaisamment, tout mon héritage d’Occidental du XXe siècle - curieux, imitateur, impudique et agité ».

De Pierre-Albert Jourdan, Yves Leclair indique dans la quatrième de couverture du livre paru au Temps qu’il fait :

Pierre-Albert Jourdan ( 1924-1981 ) fut sans doute l’un des écrivains les plus effacés de ce siècle paradeur. Ami des poètes prestigieux de notre temps comme des oeuvres essentielles, fussent-elles les plus secrètes, cet homme ordinaire peu ordinaire pratiqua durant toute sa vie la lecture, la peinture et l’écriture. Esprit radicalement libre, il créa sa revue (Port-des-Singes), publia peu, écrivit beaucoup, laissant une oeuvre riche et lumineuse, mesurée, intime. Deux volumes rassemblant ses écrits ont paru au Mercure de France : Les sandales de paille (préf. Yves Bonnefoy, 1987) et Le Bonjour et l’Adieu (préf. Philippe Jaccottet, 1991). (Quelques indications précieuses nous sont fournies par Elodie Meunier)

Quoique inachevé, Le Mont Analogue : quatre chapitres sur les sept prévus, par sa composition et sa structure, constitue une « histoire » dont le déroulement permet - à chaque instant - de saisir le but, unique, indiqué par Daumal. Le lecteur pourra aisément imaginer, et même reconstituer, la suite et la fin de ces « aventures alpines, non euclidiennes et symboliquement authentiques », en se servant des plans publiés pages 158-159, des différents textes pages 161-176 et plus particulièrement des quelques lignes de la page 168 qui résument et rendent parfaitement transparente cette « histoire ».

Qui chercherait motif à écriture d’invention est donc servi. De fait, les documents donnés de la page 157 à la page 176, permettent de lire à l’aide de la lunette décourbeuse, non seulement la genèse du livre inachevé commencé en juillet 1939, ses trois premiers chapitres terminés en juin 1940, puis repris en 1943 et interrompu par la mort de l’auteur, mais aussi le trajet littéraire et spirituel d’un des quatre qui furent à l’origine du Grand Jeu.

Citons Daumal à la page 174 :

« Et toute l’histoire - mon histoire jusqu’à ce jour, vêtue de mots de montagne - fut tracée devant moi. Toute une histoire qu’il me faudra maintenant le temps de raconter ; et il me faudra aussi le temps d’achever de la vivre. »

Et lorsqu’il poursuit :

« Avec un groupe de camarades, je partais à la recherche de la Montagne qui est la voie unissant la Terre au Ciel ; qui doit exister quelque part sur notre planète... » ne peut-on formuler l’hypothèse que même après que le groupe s’est dissocié, et que Daumal s’est mis en quête d’une voie ésotérique (Guenon, Salzmann, Gurdjeff) c’est toujours le « phrère simpliste » qui parle ? Le « traité d’alpinisme analogique » figurant en annexe, (161-166) et l’apologue « Histoire des hommes creux et de la Rose-amère » (99-104) soulignent l’aspect mystique de la démarche. Le « Nom-du Père » : Kissé ! celui « du » Fils, réunifié : Mo et Ho ne formant plus qu’un seul Moho (en miroir Homo -sapiens-), qui au terme du trajet peut recueillir la Rose-amère du discernement (la connaissance du Bien et du Mal) en ce lieu « hautement » symbolique qu’est le sommet de la Montagne.

Comment ne pas penser ici aux propos et à la fidélité de Joë Bousquet, dans cet hommage posthume :

Il n’était pas un homme de savoir, mais un homme de sapience. On aurait dit qu’il ne cherchait dans les textes et dans l’histoire que l’élargissement humain de ses certitudes. Je ne pouvais relire sans penser à lui la parole du Vagasaneyi-Samhita Upanishad : « Tous ceux qui adorent ce qui n’est pas réalité du savoir entrent dans l’aveugle nuit, mais ceux qui se complaisent dans la réalité du savoir entrent, pour ainsi dire, dans une opacité plus grande. »
Parfois, René Daumal paraissait jouer avec la Révélation. On lisait de lui un livre plaisant, mais tordu, roué d’éclatantes lueurs, il avait trouvé dans le rire une clef d’argent pour des portes connues de lui seul. On sortait troublé de ces lectures, interdit. On se disait que l’homme ne peut avancer dans la connaissance de la vérité sans avoir à rire de son état.

Et en effet, on donnera raison à Joë Bousquet, à voir l’équipe réunie autour du professeur Sogol (anagramme de Logos) : Ivan Lapse, Alphonse Camard, Emile Gorge, Judith Pancake, Arthur Beaver, Hans et Karl, Julie Bonasse, Benito Cicoria, le narrateur et son épouse, à voir l’argument de l’expédition : la découverte de la Montagne « magique » dont la vue échappe à cause de la courbure de la terre et tout à la fois des envolées telles : « et quant aux silences, comment raconter des silences au moyen de mots ? seule la poésie pourrait le faire. » (36) ou ce genre d’aphorismes : « Ce n’est peut-être pas dans l’ordre naturel des choses, mais ne vaut-il pas mieux marcher avec la tête que penser avec les pieds, comme il arrive souvent ? » (166).

On conclura donc avec Pierre-Albert Jourdan présentant sa revue :

Et si le « Alors, quand partez-vous ? », si ce cri du guide éveille les compagnons, les tire de l’abandon où ils glissaient et les remet en chemin vers les hauteurs, il reste assez de personnages à Port-des-Singes pour y vivre - et y laisser des plumes, en quelque sorte. Car « la petite maison provisoire de Port-des-Singes » est papier blanc pour aligner des mots comme des barrières infranchissables ou comme une « revue »
« Ecrire est pour moi un exercice très grave et plein de risques : dire ce que je connais, ni plus ni moins, disait Daumal. En quelque sorte la sincérité. Des mots-puces, s’ils piquent les autres, que ce soit au bon endroit : celui où la curiosité s’éveille, démange, dérange celui qui s’endormait. »

Puissent ces quelques mots être à leur tour, des mots-puces, piquant au bon endroit !

Qui cherchera des ressources sur René Daumal, n’en manquera pas avec le site très complet que lui a dédié Pascal Boué.

Jean-Pierre Rosnay, quant à lui, et nous le suivons volontiers, s’emploie à faire nous faire partager son enthousiasme pour le poète : [...] si l’on tenait René Daumal pour ce qu’il est, on lui accorderait, parmi les poètes qui ont traversé ce siècle, l’une des premières places, et l’on ferait lire et relire aux enfants de 6 à 70 ans, déclamer et chanter sur tous les tons, Les Dernières Paroles du Poète, qui constitue non seulement un merveilleux poème, mais aussi un art poétique irremplaçable.

© Ronald Klapka _ 2 mars 2004

[1Note : il s’agit de la « retranscription » ordonnée d’une « conférence » donnée au Club « Grand Jeu » du lycée Jean Jaurès de Reims.